Le temps : quelle valeur ?

Relations sociales génératrices de richesses partagées
vendredi 3 septembre 2004
par Collectif TRANSVERSEL
popularité : 5%

N’oublions pas que c’est du temps que nous échangeons [ .... ] Le manque d’argent vient en seconde place...Si l’on a du temps à disposer on peut toujours l’utiliser dans le SEL, le JEU ou tout simplement dans le DON.

- A condition que tu aies la possibilité de faire des échanges, de donner et de recevoir.

- A condition qu’il y ait des gens prêts à faire de même.

- A condition qu’il y ait de la Réciprocité.

Le problème n’est ni l’argent ni le temps, mais "est-ce qu’il y a des gens motivés pour pratiquer des relations sociales génératrices de richesses partagées".

Ce n’est pas avec des pirouettes qu’on fera vivre ça.

Les gens dynamiques et productifs n’ont pas eu besoin du SEL, ni du JEU. Ils continuent à échanger. Ce sont les autres qui ont besoin de trouver comment étendre, rendre fluide et actif leur réseau de relations humaines et de circulations de richesses. Ceux qui ne peuvent pas forcément se déplacer, par exemple. Ceux là restent sur le carreau.

Imagine qu’on se soit trompé. Imagine qu’on se soit servi du JEU pour favoriser un Intersel décuplé qui n’a de raison d’être que quand le groupe local va bien, mais qui le tue quand il n’est pas solide.

Pour certains SEL, ça a été galvanisateur pour un temps, le temps que le groupe allait bien. Mais ça a masqué les problèmes quand il n’allait pas bien, puisque les plus dynamiques ont continué leurs échanges sans se poser de questions. Pour les SEL un peu fragiles, ça a été la fin du groupe, faute de solidarité dans l’échange pour ceux qui ne peuvent s’adapter.

Je me refuse à croire qu’un système mondialiste libéral est capable de soigner un système local malade d’une solidarité défaillante. Et je commence à penser qu’on a totalement décollé de la réalité.

On rêvait d’une réciprocité indirecte, multiple, partagée par tous dans le groupe, mais avec de telles théories libérales sur les primes et les carnets, on n’aura fait que l’entrevoir.

Je serais pour des Groupes Solidaires de Réciprocité Indirecte.
- Serais-je en train de me radicaliser ?
- Je vire un peu à gauche là, non ?
- C’est grave, docteur ?
- Sans blague, est-il possible de s’enflammer pour les forums sociaux comme tu le fais en louant l’inventivité et l’énergie de ceux qui s’y consacrent, et de défendre le libéralisme dans ce qu’il a de plus inégalitaire ? Est-ce qu’on joue à la dinette, ou est-ce qu’on croit en quelque chose qui dépasse largement nos individus ?

A plus, Marie-Hélène D.

Contribution de Xavier N. avec les remerciements du collectif Transversel

2003-02-15 19:23:17 Xavier N

Ne retombons pas, s’il vous plait, dans les procès d’intention et les mal - entendus. Restons calmes. Surtout quand le débat devient de plus en plus intéressant.

Voilà encore un des ces très mauvais services que nous rend cette "communication" rapide d’un écrit non - ou peut-être trop, pour certains ? - décodable. Ah ! le piège explosif des mots qui peut si vite nous faire grimper aux rideaux et nous mettre en rupture imbécile avec des personnes dont nous apprécions les idées ! Ainsi, tenez, lorsque, en retour de ma proposition de modification du sens du sigle "SEL" après la réaction que j’estimais constructive de archissi24@aol.com :

Oui moi aussi j’irai vers S.E.L.S soit Système d’Echange Local Solidaire. Ce qui clarifierait un peu ... ! ! ! Bien sûr que la Solidarité est un des maillons organisationnels des SELS, mais heureusement pas le seul.

Et pourquoi pas Solidarité (pas Solidarnosc qui a échoué) Echangiste Libertaire ? @+ GD Je me suis dit que je m’étais vraiment mal fait comprendre, pour m’attirer de genre de proposition dont j’avais du mal à distinguer si elle se voulait sérieuse ou humoristique. Le réflexe premier a été de monter au créneau. Heureusement, rendu prudent par d’autres expériences, je me suis dit qu’il valait mieux attendre, voir comment d’autres pouvaient réagir

Avec Daniel, j’ai rejoint Wilson : "n’oublions pas que c’est du temps que nous échangeons et que c’est la plus précieuse chose dont l’on dispose"

Ne penses-tu pas, Marie-Hélène, qu’en effet, les SEL qui se laisseraient "dépouiller" "ne sont bloqués que par leur cerveau, puisque le temps leur appartient et qu’ils peuvent en générer autant qu’ils en ont besoin" ? et que, si, comme tu nous les dis, il y a, dans certains SEL des "gens qui, faute d’échanges possibles concrètement, arrêtent d’échanger parce que ce n’est plus équitable", c’est parce que la structure SEL, en tant que telle, ne joue pas son rôle de contrôle - régulation des échanges ?

Par contre, je te rejoins tout-à-fait, Marie-Hélène, lorsque tu dis Le problème n’est ni l’argent ni le temps, mais "est-ce qu’il y a des gens motivés pour pratiquer des relations sociales génératrices de richesses partagées ?"

C’est bien pour cela que, ma sentant plutôt parmi les "gens dynamiques et productifs (qui) n’ont pas eu besoin du SEL, ni du JEU (et qui) continuent à échanger", je milite pour qu’ils continuent aussi à être moteurs dans le SEL, afin qu’ils veillent à ce que ceux "qui ont besoin de trouver comment étendre, rendre fluide et actif leur réseau de relations humaines et de circulations de richesses, ceux qui ne peuvent pas forcément se déplacer, par exemple (ne) restent (pas) sur le carreau."

C’est même la raison pour laquelle, comme toi, "Je me refuse à croire qu’un système mondialiste libéral est capable de soigner un système local malade d’une solidarité défaillante." puisque le principe fondamental sur lequel repose un tel système est la notion de profit personnel : peut-on "profiter" sans "léser" ? Oui, tente de répondre le Système d’Echange Local (tel que je l’ai compris). Cela implique alors, que, dans la transaction qui précède l’échange, chaque protagoniste (ou, à défaut, au moins l’un des deux), accepte de prendre en compte dans sa propre négociation, la notion de l’intérêt de l’autre.

D’où l’importance (j’insiste à nouveau sur ce point) du regard collectif sur l’échange : c’est ça, la protection des faibles, de ceux qui ne voient pas qu’ils se sont fait entuber ou qui n’ont pas la force ou les moyens de protester. Un système "libéral" soumis aux seules "lois du marché" ne fera jamais ça.

Excuses Xavier pour mettre ce texte à ta place ...mais c’est un excellent début...


Ce texte est mis en ligne afin de préciser qu’un débat peut s’instaurer sur les listes de diffusion et aussi venir se positionner en un forum ici sur le site "TRANSVERSEL" afin d’élever le débat à l’extérieur de la liste... Ce que j’espère ... Ceci est un essai grandeur nature de ce que peut nous apporter la rédaction SPIP au niveau des débats internes et externes... Bien sûr expérimentalement parlant çà marche ,encore faut-il y venir prudemment.

Merci

Daniel (expérimentateur de SPIP pour les SEL)

qu’en pensez-vous ??? Remerciements à Marie-Hélène pour sa participation , cela fait un an que ce texte est mis en ligne et a reçu plus de 200 participations.


Commentaires

Brèves

19 juin - DEMAIN...Le Plan ESSE

Le plan ESSE, un dispositif à hauteur des enjeux écologiques et humanitaires. A retrouver sur le (...)

13 octobre 2008 - Les enfants difficiles : comment leur venir en aide par l’échange d’unités

Non-respect des limites, opposition systématique, agressivité... certains enfants sont enfermés (...)

9 octobre 2006 - Un mois, un million d’euros pour sauver un des derniers journaux un peu libre...

Un mois, un million d’euros Depuis plusieurs mois, Politis travaillait à un plan de reprise. (...)