Lettre ouverte aux élus et à la population

Pour 2004, 2005,2006, 2015 ...et pour les prochains élus du mois de mars.
mardi 27 octobre 2015
par Collectif TRANSVERSEL, Daniel D.
popularité : 5%

" Des milliardaires qui occupent les suites de luxe jusqu’aux immigrants entassés en fond de cale, tous sont embarqués dans le même voyage - et pour le même naufrage. Et pourtant, alors que l’iceberg approche et que le bateau devrait dévier de son cap, l’orchestre continue de jouer, les passagers de se distraire, et l’équipage de passer de groupe en groupe afin de rassurer tout le monde " écrit Nicolas Hulot dans " Le syndrome du Titanic " ( Chez Calman-Levy ? - ISBN 2-7021-3418-1)

Mademoiselle, Madame, Monsieur,

à lire très attentivement...s.v. p.

Nous ne serons pas les seuls à sombrer ;

combien de milliards d’hommes ne pourront plus, avant la fin du siècle, survivre sur une Terre dévastée ?.

Et vous ne pourrez pas dire à vos enfants ou à vos petits-enfants que vous ne saviez pas ...

L’empreinte écologique est une mesure de la pression qu’exerce l’homme sur la nature. C’est un outil qui évalue la surface productive nécessaire à une population pour répondre à sa consommation de ressources et à ses besoins d’absorption de déchets

A l’échelle d’une personne, l’empreinte écologique est une estimation de la superficie nécessaire pour répondre à l’ensemble de vos besoins en ressources naturelles. L’empreinte globale a grimpé de 80% entre 1961 et 1999 pour atteindre un niveau de 20% supérieur à la capacité biologique de la Terre. Mais de fortes disparités existent : si tous les humains vivaient comme la moyenne des étatsuniens, il nous faudrait 5 Terres et 3 en vivant tous comme la moyenne des européens. Pour ne pas dépasser cette empreinte il nous faudrait vivre comme la moyenne des chinois ou des indiens. Alors, quelles solutions ? Interdire à 3 milliards d’humains l’accès aux normes de confort ou de consommation occidentales ? Pour nous, habitants des pays riches, diminuer par 3 ou 5 nos consommations ? Plus globalement, orienter une diminution drastique de la population terrestre par une grande campagne mondiale d’incitation assorties de garanties sociales ?

La majorité des élus, la majorité des hauts fonctionnaires et la majorité des média ont refusé de prendre l’exacte mesure du problème qui transparaît depuis maintenant plus de 30 ans (en 1972, suite à la demande du Club de Rome une équipe de chercheurs du Massachussetts Institute of Technology diffuse le rapport Meadows connu sous le nom de "Rapport du Club de Rome" . Les conclusions des chercheurs sont simples : tant que le modèle global comporte certaines boucles "positives", notamment la recherche de la croissance annuelle de la production industrielle - ce qui est le projet de tout pays aujourd’hui - , l’effondrement est inévitable avant 2100 quel que soit l’optimisme prévalant sur les autres hypothèses.).

Nous vous reprochons, vous élus, de ne pas, aujourd’hui, prendre les problèmes à bras le corps ... qu’attendons-nous ? qu’il soit trop tard, que les problèmes ne puissent plus être traité qu’autrement que par l’extermination des ¾ de la population, dernière solution possible pour la survie de la Terre dans un système capitaliste ?

Nous vous reprochons de ne pas réagir, et de nous laisser engagés dans de multiples impasses : nous en citerons quatre qui sont d’ailleurs interdépendantes !

L’impasse énergétique :

Voir les détails sur le site du polytechnicien Jean-Marc ? Jancovici, spécialiste des questions énergétiques ICI La production de pétrole culminera aux alentours de 2020, pour inexorablement décliner ensuite. Avec un taux de croissance de 2% par an (et on peut se poser la question de savoir si la Chine et l’Inde, avec leurs plus de 2 milliards d’habitants qui eux aussi souhaitent pouvoir se déplacer en automobile, avoir chaud l’hiver et frais l’été, partir en vacances et manger de la viande, construire et consommer, voudront bien se limiter à cette croissance) , c’est en 2050 que nous aurons consommé toutes les réserves mondiales prouvées (800 Gtep) et vers 2100 que nous aurons consommé toutes les réserves mondiales prouvées et supposées (4000 Gtep) Ah, bien sur, on peut espérer la découverte d’une nouvelle source d’énergie aussi pratique que le pétrole, et si possible sans émission de CO2 ... vous prenez le risque de ce pari ?

L’impasse climatique :

Jean-Marc ? Jancovici écrit "Si l’évolution climatique que nous avons enclenchée devait aboutir à appauvrissement des écosystèmes, à la disparition de ressources naturelles (sols cultivables, ressources maritimes, etc), à des désertifications, à une division par trois de la production agricole, à une recrudescence de phénomènes extrêmes, à des migrations, voire à des guerres, il est évident qu’il y aurait des répercussions sur la santé, et que l’espérance de vie baisserait..../... A cause de la très grande inertie de certaines des composantes de la machine climatique, l’évolution que nous avons mise en route aura donc des conséquences pendant quelques milliers d’années, quoi que nous fassions désormais..../... Toutefois il est encore entre nos mains d’avoir une évolution forte ou faible, un changement d’ère climatique ou peut-être une simple modification gérable de l’ère actuelle." La prolongation des tendances concernant nos émissions de CO2 conduit à une élévation de température moyenne de la planète : le haut de la fourchette dépasse maintenant les 8 °C en un siècle. Personne ne sait prévoir les terribles conséquences probables d’une telle élévation. Et l’application du Protocole de Kyoto, s’il est un premier pas positif, ne changera pas grand chose au problème : pour compenser nos émissions de CO2 en excès, il faudrait boiser l’intégralité des terres aujourd’hui cultivées dans le monde, un quart des terres émergées (c’est aussi l’équivalent des forêts actuelles).

L’impasse alimentaire :

"Si nous voulons pouvoir nourrir 6 milliards d’êtres humains sans détruire la planète qui nous héberge, il nous est impossible de poursuivre dans la voie de l’agriculture productiviste telle qu’elle est pratiquée depuis un quart de siècle sous la gouverne des industries alimentaires. Car ce mode de production est aujourd’hui en partie responsable de l’érosion des sols, des changements climatiques, de la dégradation de la qualité de l’air et de l’eau, de la disparition de milliers d’espèces de plantes et d’animaux sauvages et domestiques. Dans nos assiettes, notre alimentation, polluée par des pesticides et des engrais, compromet l’avenir de nos enfants et affecte notre santé ( 76 produits toxiques dans le sang des parlementaires européens ! ) . Trente-cinq mille exploitations agricoles disparaissent encore chaque année en France, soit une toutes les quinze minutes. Au-delà de nos frontières, les lois du marché basées sur ce modèle d’agriculture ont aussi contraint des millions de gens à abandonner leurs cultures vivrières au profit des cultures occidentales affamant davantage des populations déjà démunies" résume en quatrième de couverture de "l’impasse alimentaire ?" le Comité de veille écologique et Karine Lou Matignon ( "L’impasse alimentaire" Fayard - ISBN : 2-213-62084-9) .... Il est inutile de citer ici tous les chiffres et toutes les pollutions citées dans ce livre, mais il y a quand même un chiffre à retenir : les 27 milliards d’euros distribués aux grandes exploitations par l’Europe, lesquels proviennent évidemment de vos impôts, correspondent exactement au total des achats de pesticides et d’engrais.... simple transfert de subvention ! Rappelons qu’il ne reste plus que 10% des grands poissons dans l’Atlantique Nord, par rapport au début du siècle dernier.

L’impasse monétaire : .

C’est à notre avis le nœud gordien qu’il faudrait couper, c’est cette impasse qui est la cause de toutes les autres impasses.

Le principe fondamental sur lequel repose notre système monétaire, est que la monnaie est générée uniquement par l’endettement et non pas, comme elle le devrait, par la production des richesses. En avril 2004, la dette de l’Etat est de 998 Md€ (le seul paiement des intérêts de cette dette de l’Etat - sans même parler de rembourser une partie du capital - est le 2è poste budgétaire, avec plus de 10% des dépenses), la dette des entreprises de 1114 Md€, la dette des particuliers de 612 Md€, et le total est donc de 2724 Md€. A la même date, l’épargne représentait 737 Md€. La différence est de 1987 Md€ . Il est facile de conclure que l’endettement collectif est moralement injustifié et mathématiquement impossible à résorber : en effet, pour rembourser, c’est-à-dire alléger la dette, il faut disposer de monnaie elle-même obtenue par un endettement. L’opération serait neutre s’il ne fallait verser des intérêts qui au final alourdissent la dette, mais du fait de l’intérêt, dont la monnaie n’est jamais émise en même temps que le capital qui le génère, vouloir résorber la dette par des économies est mathématiquement sans espoir.

Pourquoi le gouvernement devrait-il payer un intérêt à un système bancaire privé pour l’usage de sa propre monnaie, qu’il pourrait émettre lui-même, sans intérêt ?

La réponse

- qui prouve bien l’énorme manipulation dont nous sommes tous victimes - est dans l’article 104 du Traité de Maastrisch qui stipule " il est interdit à la BCE et aux Banques Centrales des Etats membres d’accorder des découverts ou tout autre type de crédit aux institutions ou organes de la Communauté, aux administrations centrales, aux autorités régionales ou locales, aux autres autorités publiques, aux autres organismes ou entreprises publiques des Etats membres...". Il sera bientôt intégré, sans que personne ne s’y oppose, dans la future constitution européenne défendue par nos grands esprits de droite comme de gauche. S’il est adopté, l’Europe deviendra le seul et unique pays au monde et dans l’histoire où l’indépendance absolue d’une Banque Centrale aura été constitutionnalisée. L’article vaut d’être cité : " Ni la BCE, ni un membre quelconque de ses organes de décision ne peuvent solliciter ni accepter des instructions des institutions, organes ou agences de l’Union, des gouvernements des Etats-membres ou de tout autre organisme. Les institutions, organes ou agences de l’UE ainsi que les gouvernements des Etats-membres s’engagent à respecter ce principe et à ne pas chercher à influencer les membres des organes de décision de la BCE dans l’accomplissement de leur mission ".

Thomas Edison écrivait déjà : "Il est absurde de dire que notre pays peut émettre des millions en obligations, et pas des millions en monnaie. Les deux sont des promesses de payer, mais l’un engraisse les usuriers, et l’autre aiderait le peuple. Si l’argent émis par le gouvernement n’était pas bon, alors, les obligations ne seraient pas bonnes non plus. C’est une situation terrible lorsque le gouvernement, pour augmenter la richesse nationale, doit s’endetter et se soumettre à payer des intérêts ruineux."

Les quatre impasses citées ont un dénominateur commun : le système capitaliste Ce système qui permet le transfert permanent des richesses des plus pauvres vers les plus riches, des emprunteurs vers ceux qui disposent des capacités préalables d’épargne. Le coupable, c’est ce système où l’obsession du "toujours plus" de la consommation prime chaque fois sur le "toujours mieux" pour la société, ce système où l’avoir prime sur l’être, ce système de l’accumulation et de la "satisfaction" des envies et jouissances immédiates au détriment de la génération qui nous suit directement et du futur de la Terre.

Et puisque le dénominateur commun de ces impasse se trouve être le système capitaliste, c’est celui ci qu’il faut changer. Ni avec des rustines de ci de là, ni par un système marxiste ou communiste, mais par le sociétalisme, et son système monétaire "l’écomonétarisme".

Il est encore temps de redresser la barre, mais il faut faire vite. Oublier les prochaines échéances électorales et la démagogie qu’elles imposent. Vous, les politiques, il va falloir prendre des décisions qui ne seront pas souvent appréciées par vos électeurs. Vous, les électeurs, vous, les citoyens, il va vous falloir voter courageusement pour les voies nouvelles, malgré la remise en question profonde de toutes vos certitudes en matière d’économie, malgré la crainte de l’inconnu que pourrait vous inspirer une voix divergente dans le concert ultra-libéral.

Nous, les sociétalistes ( http://www.societal.org ), nous accusons le système ultra-libéral et capitaliste, ce système où la seule valeur est la consommation, ce système où le toujours plus prime chaque fois sur le toujours mieux, ce système où l’avoir prime sur l’être. Nous avons démontré qu’il n’est nul besoin de capital pour produire, que la quantité de monnaie doit suivre la production et être détruite lorsque la production est consommée, qu’il n’y a aucune raison de l’épargner, mais que la production doit être détaxée en fonction de son effet sociétal.

Les progrès de la mécanisation nous permettent aujourd’hui de produire tout ce dont nous avons besoin. Mais aujourd’hui, tout ce dont nous avons besoin, ce n’est jamais assez ... il nous faut en plus tout ce dont nous n’avons pas besoin dans une spirale sans fin, et tant pis pour les ressources non renouvelables, les conséquences du réchauffement et des gaz à effet de serre, les pollutions des sols et des rivières, l’épuisement du pétrole, la pauvreté absolue de plus d’un tiers de la population terrestre. Et pourtant, comme dit le sage : "Le bonheur n’est pas dans la possession maladive de tout ce qui existe. Le bonheur réside dans la jouissance paisible du nécessaire".

Ce sont les marchandises (ou services) qui font la valeur de la monnaie. En produisant toutes les marchandises, une Nation fait la valeur de la monnaie ; il revient donc - pour chaque Nation ou groupe de Nation - , à un organisme public de créer la monnaie gratuite au nom de la collectivité.

La seule application de ce dernier principe changerait la face du monde


’’Diffusez ce texte , faites le circuler, il faut que chacun sache !

(Texte écrit par A-J Holbecq,

économiste,

auteur de "Un regard citoyen sur l’économie",

Éditions Yves Michel - ISBN:2 913492 11 8 et par des membres du GRESSO" -

Groupe de Recherches Économiques pour un Système SOciétal ).’’

Depuis 2004 rien n’a changé , et nous republions cet article après avoir reçu le NOUVEAU livre de Philippe Derudder et de A.J. Holbecq, pour lequele nous le remercions au nom de toute l’équipe de Transversel.

"Les dix plus gros mensonges sur l’économie"

aux éditions Dangles ( 16 €uros)

http://editions-dangles.com

Page mise à jour le 21 mai 2007 puis 8 années plus tard ce jour 27 février 2015 par Daniel D. (Trop important pour l’archiver...)

Bonne lecture.

Cet article a été lu plus de 4 000 fois...à ce jour

Vu et lu par la rédaction le 31 décembre 2015

Et tous nos voeux de publications et surtout de LIBERté pour 2016...


Commentaires

Logo de Antonia Tait
vendredi 22 avril 2016 à 05h07, par  Antonia Tait

Hello this is kinda of off topic but I was wondering if
blogs use WYSIWYG editors or if you have to manually
code with HTML. I'm starting a blog soon but have no coding know-how so I
wanted to get advice from someone with experience.
Any help would be enormously appreciated !

My blog post : [Santana Canada 'Clarissa' Waterproof Rain Boot (Women)->http://www.jtb.co.jp/common/othersi...]

Logo de Maelv
lundi 14 juillet 2014 à 12h47, par  Maelv

Ce website est très agréable à découvrir, j’aime le côté abouti du rendu.

complémentaire santé groupama avis

Sans sa mutuelle santé Si samutuelle restauration si xerfi assurance santé ...mutuelle ums voie mutuelle santé avis :
Logo de Les66
lundi 31 mars 2014 à 13h39, par  Les66

Tout est si clair, super bien joué.

comparateur mutuelle reunion


complementaire sante vendee vous regardez comparateur mutuelle ce rsi mutuelle bleue melun vous considérez ce mutuelle des motards rouen tel Ni un complementaire sante transport routier
Logo de Benjamin8
samedi 23 novembre 2013 à 09h21, par  Benjamin8

Ce blog est très sympathique à parcourir, j’apprécie le caractère attractif de l’interface.

mutuelle gmc...

comparateur mutuelle santé

Ma mutuelle Essai votreIci ma tarif mutuelle senior tu pas de mutuelle !
Logo de webmaster
jeudi 27 mars 2008 à 21h45, par  webmaster

Le "peak oil" a sans doute été atteint dès 2003. On pense qu’il nous reste une quarantaine d’années de pétrole... car on nous cache la réalité.
Selon certains experts, le pic de la production pétrolière a déjà été atteint.

L’incertitude sur les réserves de pétrole disponibles "à des coûts d’extraction acceptables" se reporte sur l’évolution des prix de cette matière première indispensable à la vie de nos sociétés actuelles, dans tous ses aspects. Mais ce qui est sûr, c’est que ce prix va augmenter et que l’or noir deviendra "hors de prix" à partir de 2015.

En effet, il faut forer de plus en plus profond, de plus en plus dans la mer ou l’océan, en milieu hostile, comme en Alaska ou en Antartique. Et dans les réserves connues, les difficultés commencent parce qu’il n’y a plus assez de pression ou qu’on y puise du fiul lourd, ce qui sert à goudronner les routes, pas à faire de l’essence. On va maintenant exploiter les sables et les schistes bitumeux, mais cela n’est pas très rentable. L’après-pétrole, on n’y est pas préparés... Pire, la mondialisation a fait tous les Etats interdépendants, l’OTAN a aggravé la situation en plusieurs endroits de la planète et cela accentue le phénomène de transferts de populations ( immigrations) et de transports de marchandises...

Site web : L’après-pétrole
Logo de webduweb
mercredi 9 janvier 2008 à 17h48, par  webduweb

Encore un mot :
L’Europe n’est pas le seul et unique pays au monde où l’indépendance absolue d’une Banque Centrale aura été constitutionnalisée. Le XVIe amendement de la Constitution américaine, qui a permis au gouvernement américain de prélever un impôt sur le revenu, a suivi la fondation de la FED, le cartel de banques privées « Federal Reserve Banks ». Telle était la conséquence du fait que le gouvernement ne pouvait plus émettre sa propre monnaie. Ainsi, les banquiers internationaux faisaient indirectement main basse sur le patrimoine privé des citoyens américains. Puis le Système monétaire international a été mis en place, privilégiant le dollar. On a donc un problème insoluble avec le dollar et la crise actuelle vient de l’afflut de dollars sans valeur dans les Banques centrales étrangères... Sources : Crise du dollar

Logo de webduweb
vendredi 18 mai 2007 à 18h39, par  webduweb

La crise est monétaire, cela fait environ un siècle que tout un nouveau système monétaire s’est mis en place pour la domination mondiale. L’argent qui circule n’a plus aucune valeur. On peut se retrouver du jour au lendemain sans nos économies, comme cela s’est passé en Argentine en 2002. (voir Escroquerie monétaire mondiale)

Site web : La Crise
Logo de webduweb
vendredi 18 mai 2007 à 18h31, par  webduweb

Moi aussi, j’approuve ce texte, et j’ajouterai que tant qu’on aura une industrie pour l’armement, tant qu’on aura une armée au service de chefs d’Etat, tant que nous paierons servilement nos impôts pour maintenir le système militaro-industriel, RIEN ne changera..
On aura beau dire, mais c’est le désarmement intégral, total qu’il faut réclamer et cesser de voter pour élire des dictateurs comme N. S.

Site web : pacifisme intégral
Logo de Marco
jeudi 13 janvier 2005 à 20h21, par  Marco

Bonjour à tous,

ben moi j’approuve un max ce texte, bien que l’ayant lu un peu en diagonale.

Cependant, même si je pense qu’il était important qu’il soit écrit et diffusé, je suis un peu dubitatif sur l’impact qu’il aura sur les politiques et leurs électeurs, espérant me tromper.

En tous cas, même si je me trompais et que ce texte puisse engendrer une puissante réforme économique de ce système aveugle et stupide dans lequel nous sommes actuellement plongé, je pense que le fait de continuer à innover en diffusant et expérimentant les SEL et le JEU ne peut en aucun cas gâter les choses, au contraire...

Cordialment,

Marco

Brèves

19 juin - DEMAIN...Le Plan ESSE

Le plan ESSE, un dispositif à hauteur des enjeux écologiques et humanitaires. A retrouver sur le (...)

13 octobre 2008 - Les enfants difficiles : comment leur venir en aide par l’échange d’unités

Non-respect des limites, opposition systématique, agressivité... certains enfants sont enfermés (...)

9 octobre 2006 - Un mois, un million d’euros pour sauver un des derniers journaux un peu libre...

Un mois, un million d’euros Depuis plusieurs mois, Politis travaillait à un plan de reprise. (...)