Centrale nucléaire gérée par des Shadoks

dimanche 23 janvier 2005
par Winston
popularité : 48%

Le 18 janvier 2005 Arte nous passe un reportage sur les coupures de courant géantes de septembre 2003.

Concernant la Suède on apprend que la panne venait d’une centrale nucléaire : une fuite d’eau a entrainé un échauffement du réacteur et un black-out total, c’est-à-dire qu’ils n’avaient pas de générateurs de secours et qu’ils ont dû pomper l’eau de refroidissement à la main, comme des Shadoks, pour ne pas avoir un nouveau Tchernobyle !!!

Vous pouvez télécharger le reportage ici (6Mo)


Commentaires

Logo de alain bouyer
mardi 25 janvier 2005 à 20h27, par  alain bouyer

Construction de l’EPR, relance du nucléaire :
L’ERREUR EST HUMAINE, LA PERSEVERANCE EST DIABOLIQUE

Les écologistes doutent sérieusement de l’intérêt d’EDF à construire le réacteur EPR. La décision de construire ce réacteur, à Flamanville dans la Manche, a été extorquée au conseil d’administration de l’électricien national, jeudi dernier 21 octobre. Il s’agit avant tout d’une décision politique, arrachée par les sociétés AREVA et SIEMENS au Gouvernement français, dans le but d’obtenir une vitrine pour exporter leur coûteux jouet inutile.
La communauté nationale n’a pas besoin de ce « nouveau » réacteur. Le remplacement du parc nucléaire français ne saurait commencer avant 2017, date à laquelle le plus ancien réacteur (sis à Fessenheim en Alsace) atteindra ses quarante ans ; on sait de surcroît que les électriciens pensent prolonger bien au delà la durée de vie des centrales actuelles. La France produit déjà de l’électricité en surabondance, et exporte environ 14% de sa production, à prix bradé et avec d’énormes pertes en réseau, à d’autres pays européens. Qu’on n’invoque pas la lutte contre l’effet de serre : la part des combustibles fossiles dans la production d’électricité française est dérisoire. Pour limiter le changement climatique, c’est à la consommation d’énergie non électrique qu’il faut s’attaquer (notamment dans les transports et l’agro-industrie).
L’EPR est obsolète et dangereux. Sa technologie n’est en rien nouvelle : elle date de deux décennies. Contrairement à ce qui est avancé, la sûreté n’est améliorée qu’à la marge, les risques de rupture de tuyauteries, de fusion du cœur, de rupture de l’enceinte de confinement demeurent, sans même évoquer les risques terroristes. L’EPR aggrave le problème des déchets radioactifs qui nous empoisonneront pendant des milliers d’années, d’autant qu’il utilise plus de plutonium que les réacteurs « classiques ». L’EPR n’apporte même pas l’ombre d’une solution à la crise énergétique qui menace l’humanité, puisque les réserves mondiales d’uranium sont très limitées.
La construction de l’EPR accélérera la privatisation d’EDF. L’accord proposé aux syndicalistes (relance du nucléaire contre privatisation partielle) est un marché de dupes. L’électricien national est à bout de souffle. Ses dispendieuses diversifications passées à l’étranger rendent déjà l’ouverture de son capital difficilement évitable. L’endettement d’EDF atteint près de 25 milliards d’euros (pour des fonds propres de 19 milliards), auxquels s’ajoutent des engagements hors bilan de 17 milliards d’euros. De plus, les fonds nécessaires au démantèlement des centrales déjà construites et au retraitement des déchets nucléaires sont estimés à 30 milliards d’euros. La privatisation partielle décidée coûtera 7,7 milliards d’euros au titre des retraites des salariés. Or le coût d’un réacteur EPR est estimé à 3 milliards d’euros, à condition qu’une dizaine d’exemplaires soient construits. Quoi que rêve la CGT, EDF sera incapable de les financer, et devra obligatoirement s’associer à des énergéticiens privés (Suez est sur les rangs), voire à de gros consommateurs.
Cette décision est donc à la fois un crime (contre la protection des personnes) et une faute (économique).

Michel LAVAL et Dominique BAUDUIN

Logo de Marco
dimanche 23 janvier 2005 à 14h55, par  Marco

Et ceux qui durant la canicule sont allé acheter des tuyaux d’arrosage pour ensuite arroser les batiments de l’extérieur parce que la température intérieure commençait à frôler la limite supportable par les composants électroniques, c’était pas mal non plus...

... dormez sur vos deux oreilles (bouchées) bonne gens, on s’occupe de tout...

Brèves

19 juin - DEMAIN...Le Plan ESSE

Le plan ESSE, un dispositif à hauteur des enjeux écologiques et humanitaires. A retrouver sur le (...)

13 octobre 2008 - Les enfants difficiles : comment leur venir en aide par l’échange d’unités

Non-respect des limites, opposition systématique, agressivité... certains enfants sont enfermés (...)

9 octobre 2006 - Un mois, un million d’euros pour sauver un des derniers journaux un peu libre...

Un mois, un million d’euros Depuis plusieurs mois, Politis travaillait à un plan de reprise. (...)