C’est le printemps...LIBEREZ-VOUS

Dossier du mois d’avril By Marco JM
vendredi 1er avril 2011
par Collectif TRANSVERSEL
popularité : 7%

(Au sujet de la robotisation des individus et de l’intérêt de se libérer de nos conditionnements.)

Le cerveau humain est un outil qui est utilisé (en principe) par l’être humain pour se mouvoir, observer, calculer, agir, créer, etc. …

LIBEREZ-VOUS !

Lorsque les conditionnements de ce dernier sont très forts, l’être humain ne dispose plus, dans certain cas, d’un "libre arbitre", il obéit à ses conditionnements…

L’outil-cerveau devient le maître de la personne.

Comme par exemple un Robespierre qui était contre la peine de mort mais a envoyé à la mort des milliers de personnes… Ou un Hitler des millions au nom d’une idéologie autodestructrice, trouvant normal et naturel de massacrer les êtres humains "pour leur bien", avec l’aide de milliers, voire millions de personnes qui ont "obéit" parce que conditionnées à "obéir" en toutes circonstances…

Le test à l’obéissance de psychologues américains dans les années soixante est à ce sujet révélateur du degré de robotisation déshumanisante d’entre nous…

Parfois nous sommes esclaves de notre propre cerveau avec les conditionnements qui y sont gravés. Nous ne nous rendons pas compte que nous sommes dominés par nos propres pensées, ou si nous en sommes conscients, nous ne savons pas comment nous en défaire pour vivre autrement, nous acceptons ce fait comme étant "normal" , puisque par ailleurs la majorité d’entre nous fonctionne comme cela.

Nos pensées nous dominent au point qu’elles génèrent parfois chez nous beaucoup de souffrances, jusqu’à conduire certains d’entre nous à la colère, puis à la violence, envers nous-mêmes (suicide à long ou court terme) ou envers les autres.

Lorsque j’observe autour de moi, j’arrive avec consternation à la conclusion que la plupart de mes concitoyens sont les esclaves de leurs cerveaux, qu’ils sont "robotisés", comme je l’ai été et comme je le suis encore parfois (mais rassurez-vous,je me surveille et c’est plutôt rare, et si ça arrive l’espace d’un instant, je rectifie aussitôt, puisque je m’observe en permanence).

Et leurs souffrances sont telles qu’ils ont recours, pour arriver à exister, à toutes sortes de béquilles psychologiques comme le surmenage, l’hypersexe, l’alcool, les drogues de toutes sortes, la violence, la bouffe etc. …

Je ne dis pas que ces actions sont "bien" ou "mal", il ne s’agit pas ici de juger ou culpabiliser qui que ce soit, mais ces actions auto-destructrices constituent un énorme gâchis qui aboutit au fait qu’ils transforment eux-mêmes peu à peu le paradis terrestre dans lequel ils vivent en un enfer terrestre.

Alors qu’il leurs suffirait de devenir leurs propres observateurs pour se libérer de ces états de dépendances dans lesquels leurs "outils-cerveaux" les ont plongés.

Il suffirait qu’ils aient accès à cette information : si une partie du cerveau (des pensées) apprend à observer en permanence l’autre partie (sans la juger ni la combattre), alors l’être humain deviens capable d’apaiser ses pensées, de faire son autocritique, il devient capable de faire un choix parmi ses propres schémas de pensées pour ne retenir que ceux qui sont les plus positifs pour lui et son environnement (environnement humain et/ou biologique en général).

Et donc par la suite il lui devient possible d’agir en fonction de ces pensées positives, se libérant par la même occasion de l’esclavage des pensées autodestructrices.

Il ne s’agit pas de censurer les pensées, il s’agit simplement de les observer pour en être pleinement conscient. Et c’est à partir du moment où l’on deviens conscient des pensées qui naissent dans notre cerveau que l’on peut véritablement faire des choix et même éventuellement faire taire ces pensées, non pas en les refoulant, mais juste en évitant de leur fournir de l’énergie, en quelque sorte en les observant et en les laissant s’éteindre doucement toutes seules... C’est ce qu’on appelle faire de la méditation... Mais pas forcément en se retirant au fond d’un temple pour y rester immobile pendant des heures... Non non, il est tout à fait possible de s’observer à chaque instant, d’être son propre observateur en permanence...

Je n’ai bien sûr rien contre ceux qui choisissent de se retirer au fond d’un temple, dans une prairie couverte de pâquerettes en fleur ou au sommet d’une montagne pour y méditer, mais je pense qu’on peut et qu’il faut faire la même chose à chaque instant de notre merveilleuse vie...

Je pense donc qu’il est urgent de faire parvenir cette information à l’ensemble de la population de notre planète, et plus particulièrement aussi et surtout aux professeurs des écoles, collèges et lycées de manières à ce qu’ils puissent à leurs tours la transmettre à leurs élèves.

(C’est à mon avis une question de santé publique, vitale pour l’espèce humaine qui pour le moment se dirige à grand pas vers son autodestruction.)

Bien sûr c’est un nouveau conditionnement, supplémentaire, mais il est indispensable au bon fonctionnement de l’outil-cerveau, outil qui est devenu si perfectionné et puissant que souvent ce n’est plus la personne qui se sert de son cerveau pour agir mais le cerveau qui se sert de cette personne pour assurer son propre confort immédiat… (1)

Devenir son propre observateur, c’est à dire conditionner une partie de son cerveau à devenir l’observateur de l’autre partie est le mode d’emploi indispensable à fournir à tous dès que cela est possible.

Cela permettra, à terme, à la plupart des êtres humains de devenir des individus libérés d’eux-mêmes et donc d’avoir la possibilité d’être heureux, car ils seront bien dans leurs peaux et pourrons entre autres choisir entre l’autodestruction et la vie.

C’est à mon avis le passage obligé pour que cessent un jour tous les phénomènes d’autodestructions que sont les guerres, les suicides, les pollutions en tous genres, les consommations effrénées de produits animaux ou de drogues, etc...(la liste complète serait très longue)

Tout cela engendrant maladies, famines, désordres climatiques, etc…

…phénomènes qui risquent de mener l’espèce humaine à sa propre perte si nous ne réagissons pas maintenant, ici et tout de suite.

(1) Avec les plaisirs et certaines drogues, le cerveau paraît-il sécrète de la "dopamine", substance qui lui procure bien-être et jouissance.

Il est donc logique que le cerveau pousse l’individu à agir dans le sens qui lui procurera sa "dopamine".

Le but de devenir son propre observateur n’est pas de supprimer tous les plaisirs, mais il s’agit de pouvoir faire un choix parmi ceux qui sont destructeurs et ceux qui ne le sont pas.

Par exemple faire la guerre ou tuer peut représenter un plaisir pour certains, mais ce n’est pas ce qui est le plus positif pour la survie de l’espèce humaine, c’est le moins qu’on puisse en dire…

L’alcool, par exemple, permet aux êtres humains de défaire leurs inhibitions, mais en même temps elle leur enlève leur conscience...

Alors qu’il est tellement plus simple de se libérer de ces inhibitions tous en restant pleinement conscient de manière à éviter toutes bavures autodestructrice, simplement en s’observant à chaque instant...


Vous pouvez prendre part au débat ...et vous libérez ici en répondant à ce texte.

Le 1er avril 2011, journée de la libération des esprits de S.E.L.

A suivre.


Commentaires

Logo de Colette Cévaër
mardi 19 avril 2011 à 09h47, par  Colette Cévaër

Bravo pour cette excellente explication de l’être humain. Je mettrais juste "esprit" à la place de "cerveau".
Colette

Logo de Meya
mercredi 15 août 2007 à 02h16, par  Meya

Ouaw, je suis tout a fait d’accord, c’est ce que je fais en quelques sorte moi-même depuis un certain temps mais je ne l’avais jamais analysé avec des mots. Desfois je me dis qu’il faudrait rassembler les rares cervaux humains qui se sont débarrassé de leur caca pour contrer la vague interplanetaire de pensée unique autodestructrice.

vendredi 20 mai 2005 à 13h56

Très intéressant et j’en suis moi-même convaincue. Mais comment faire pour ne pas se laisser envahir par des pensées parasites et destructrices surtout lorsque l’on vit des moments difficiles, douloureux...Ca serait bien que tu nous expliques comment tu fais.

amicalement
Sandrine

Brèves

4 septembre 2012 - Parce que la culture doit appartenir à tous ... Partageons-la !

J’ai trouvé ça, pour les mirauds, les pressés, les fainéants, et ceux qui écossent les petits pois (...)

1er septembre 2012 - Créer votre infokiosque dans vos SEL...C’est facile et c’est un moyen unique d’informer.

Qu’est-ce qu’un infokiosque ? article mis en ligne le 15 août 2003sur le site d’Infokiosque.net (...)

25 février 2011 - L’association TAOA

Transversel , les a rencontrés lors des rencontres d’été de Jambville, et depuis nous avons eu des (...)

22 septembre 2009 - SUISSE : la dissolution de l’association TROC-Actif

C’est avec regret que nous apprenons la dissolution de l’association-amie de Transversel depuis (...)

27 mai 2008 - La Gazette SPIP : le numéro 2 est paru...

Huit pages d’enquêtes, de reportages, de brèves, de portraits, d’amour et toujours sans une seule (...)