Une monnaie sociale et des finances solidaires

à visiter aussi les autres articles sur le site de MEDIASOL
jeudi 7 novembre 2002
par Collectif TRANSVERSEL
popularité : 7%

La monnaie est un bien trop précieux pour que nous en fassions cadeau au capitalisme. Jeudi 7 novembre s’est tenu au Forum social européen, à Florence, un premier séminaire sur les monnaies sociales et les finances solidaires

Traiter des monnaies sociales et des finances solidaires est un vaste sujet qui ne peut être traité en un séminaire ou même un Forum. Mais l’Europe s’est dotée d’une monnaie, l’euro, dans un contexte économique et financier et des pratiques qui ne nous satisfont pas. Le Forum social européen est donc un lieu adapté pour travailler la monnaie.

L’animatrice était Michèle Dessenne, membre du conseil d’administration de l’Apress (www.mediasol.org). Ce premier séminaire a été plutôt l’occasion d’interventions ouvrant sur les ateliers à venir lors de ce forum. Les questions de la salle permettaient de faire part de points de vue ou d’interrogations et de faire préciser aux intervenants leur présentation. Henk Van Arkel, chercheur, praticien et président d’une fondation aux Pays-Bas est intervenu pour dénoncer le piège de la monnaie et présenter leur démarche alternative et leurs expérimentations. Il explique que la monnaie, telle qu’utilisée dans le système capitaliste, est un piège idéologique et économique. La masse monétaire s’est mise à croître exponentiellement depuis la fin des accords de Bretton Woods (qui utilisait comme principe la convertibilité de la monnaie en or). La création de monnaie se faisant essentiellement par le crédit bancaire et elle engendre une croissance d’intérêts qui doivent être payés. Et il y a une telle inflation que le système va rompre (NLDR on connait déjà : Argentine, Enron, etc.). Un président de banque centrale disait récemment : "Dans cinquante ans, notre système monétaire n’existera plus". Henk Van Arkel ajoute que les entreprises se sont substituées aux banques pour créer de la monnaie, s’appropriant le pouvoir. Elles délocalisent la monnaie dans l’espace et dans le temps selon leur bon gré, distordant la réalité économique.

Considérant que combattre la création de dette (et d’intérêts liés) dépend de nous, il propose de contrer cela en créant une économie alternative, de créer des unités individuelles pour interdire les transferts de pouvoir, en l’occurence les transferts d’argent dans l’espace et le temps.

Partant de systèmes d’échange existants, il explique travailler, avec son organisation, à des expérimentations notamment au Brésil avec d’une part les Paysans sans terre (MST), mixant monnaie alternative et microcrédit, et d’autre part le projet Fomento, utilisant le microcrédit dans des projets de construction d’écoles.

Rosa Amorenole, aussi chercheuse et praticienne, italienne, étudie les systèmes de change qui n’utilisent pas la monnaie. Elle attire l’attention sur la différenciation des systèmes qui ne se valent pas. Selon les cas, ils sont plus axés, par exemple, sur des logiques de production, de résistance ou de d’éthique. Elle explique que sous le terme "éthique", il s’agit d’introduire d’autres éléments pour la prise en compte des personnes (écologie, culture, circulation des savoirs, etc.).

Elle montre qu’il y a de nombreuses discussions européennes qui montrent des enjeux, des préoccupations, des démarches similaires. Les expériences sont nombreuses mais il est difficile d’en avoir une idée quantitative, car il n’existe pas de système de collecte de données. Elle dit toutefois qu’une banque de temps en Italie regroupe, en moyenne, de 50 à 60 personnes.Elle souligne enfin qu’il faut créer un langage commun, et pas seulement se satisfaire d’une dimension économique. Après la présentation par Bruno Lombard d’un projet de monnaie sociale qui est en cours de conception en France, le projet SOL, Patrick Viveret, chargé de mission par le gouvernement français sur les nouveaux indicateurs de richesse, intervient pour expliquer le contexte de ce projet.

Le projet SOL n’est pas seulement une expérimentation ; c’est aussi l’occasion d’organiser un débat civique sur la réappropriation des moyens d’échange. Autour de ce débat, il y a deux stratégies : 1 - développer des stratégies de lutte macroéconomique et macrosociale du niveau local au niveau international ; et c’est une fonction d’organisations comme Attac 2 - ne pas attendre la réalisation des luttes pour expérimenter des alternatives pour l’échange, type SOL, banque du temps, systèmes d’échanges locaux, etc. L’alternative se trouve entre reciviliser la monnaie ou laisser sa place (actuelle) à la monnaie-pouvoir. Pour plus d’informations sur les projets et dicussions présentés par Henk Van Arkel : www.strohalm.nl et www.socioeco.org et pour les contacter psos.sp@alliancezi.org

Bruno Lombard - président de l’Apress - 7 novembre 2002


à demain pour d’autres infos ..et merci à tous les rédacteurs de l’APRESS et de Médiasol.


Commentaires

samedi 13 décembre 2014 à 04h18

Chouette, tout est synthétisé dans le but de comprendre sans souci.

pneumatique d’occasion


pneumatique beauvais


moto pas cher cle choc pneumatique pas cher moto 83 frejus Depuis ce pneu uniroyal étions pneumatique bsc du pneu moto toulon vous frappez dedans moto 37 pourquoi pneu pas cher voiture vous devenez ce jante origine audi

Brèves

11 juin 2012 - Un site dédié aux infos sur les monnaies complémentaires

http://www.scoop.it/t/social-currencies Une vrai porte ouverte à toute l’info générée par les (...)

18 septembre 2009 - LE SEL du CANTAL : "FOUCHTRA"

Un des SEL du Cantal s’appelle bien "Fouchtra !", tel 04 71 48 62 93(+ Route des Sels) Pour (...)

29 août 2009 - Les selistes et les partenaires du JEU, invités à se mobiliser en cas de pandémie de grippe A

Comment faire ses courses en cas de grippe A(H1N1) ? Où stocker ses provisions ? Qui appeler à (...)

3 avril 2009 - "Voisins solidaires", les uns des autres

Le 25 mars, la ministre du Logement, Christine Boutin, a lancé officiellement l’opération Voisins (...)

17 février 2009 - C’est le moment ou jamais... ! Les S.E.L.

Un livre écrit le siècle dernier , mais plus d’actualités que jamais...La crise... ! Moi pas (...)